Le débat, la suite : les esprits s’échauffent


L’échange débuté la semaine dernière continue entre Jonathan Fanara et lalignefranche, questionnant la pertinence du clivage gauche-droite. Suite et fin la semaine prochaine…

J. F. : En toute modestie, je pense qu’Alain Juppé se fourvoie quelque peu. Ou, en tout cas, que l’on a mal interprété ses propos. Les différences entre gauche et droite demeurent encore prégnantes, tant dans les matières économiques et sociales que sociétales. Pour rebondir sur ce que tu dis, les partis politiques aspirent évidemment aux mêmes finalités – le plein emploi, l’équilibre des comptes publics, une stature internationale pour la France, etc. Mais quel parti au juste revendiquerait pour ses électeurs un chômage de masse et des retraites non financées ? Est-ce que cela signifie pour autant que tous les partis peuvent se confondre ? Il faut tordre le cou à cette idée.

Poursuivre les mêmes finalités n’empêche nullement les gouvernements successifs de mettre en œuvre des réformes diamétralement opposées et d’avoir des sensibilités considérablement divergentes. En un an, François Hollande est revenu pêle-mêle sur la loi TEPA, la TVA sociale, la réforme de la justice initiée par Sarkozy, le dispositif HADOPI ou encore le Livre blanc de la défense… Tout cela au nom de principes politiques en lesquels il croit et qui constituent autant de clivages partisans (dans le sens noble du terme).

Quant aux conceptions sociétales, à l’instar du mariage gay, je constate que malgré les convictions intimes de certaines personnalités politiques, beaucoup se contentent de suivre les consignes de vote, ce qui tend au moins à démontrer l’importance de ces matières dans l’identité des partis. Il suffit de jeter un regard sur les analyses de scrutin pour se rendre compte de la persistance des clivages sur les questions de société.

LLF : Pour ce qui est des questions de société, on affirme que la gauche est progressiste et la droite, plutôt conservatrice. On entre ici sur une question d’échelle de valeurs, et ce n’est personne d’autre que le citoyen qui perpétue ces clivages. Qui place l’égalité avant toute chose se retrouvera sans doute davantage à gauche, alors que celui qui prône le respect et l’effort s’identifiera à la droite. Il ne faut pas oublier qu’un parti politique doit se faire en toutes circonstances l’expression de la volonté générale. Après, cette identification dépend de placements arbitraires dans le Parlement à l’époque de la Révolution française. Ce n’est alors guère plus qu’une question de hasard si la gauche et la droite sont ce qu’elles sont aujourd’hui.

En continuant sur les enjeux sociétaux, ils sont certainement le seul domaine pour lequel ce clivage s’affirme encore nettement. On constate de plus en plus que les citoyens, pour ne pas dire les électeurs, se sentent perdus dans un univers politique qui promet bonnet blanc ou blanc bonnet. Et ce trouble est bien exploité par les partis extrêmes, notamment le Front National qui dénonce le « système UMPS », et qui par là ne fait que traduire sur la scène politique la perte de repères de certains citoyens – comme quoi nous sommes tout de même bien représentés. Là où le problème se pose, c’est justement si le seul clivage entre droite et gauche subsistant est celui que l’on peut observer à la source, c’est-à-dire au cœur des idéologies fondatrices elles-mêmes.

Un point reste, qui me dérange : tu évoques le retour de François Hollande sur certaines réformes amorcées par son prédécesseur. Or c’est s’enfoncer le doigt dans l’œil jusqu’au coude que de penser avancer en reculant. Aucun clivage, aucune divergence idéologique ne peut justifier cela ! Cette logique de « trois pas en avant, deux pas en arrière » (si ce n’est trois) est plus que discutable, mortifère ; elle constitue, de mon point de vue, l’expression d’une des principales limites d’une distinction trop nette entre droite et gauche, tout comme le sont les consignes de vote.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Analyses, Débats

Poster ma réaction

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s