L’UMP ferait mieux de tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler


« Le plan de l’UMP pour déstabiliser Manuel Valls », telle était la une du Monde du 27 mars. En lisant ce titre, une question m’est venue à l’esprit : pourquoi l’opposition cherche-t-elle éternellement la ruine de ses adversaires ? C’est vrai, il n’y a pas trente-six solutions ; ou elle cherche elle-même à prospérer, ou elle fait en sorte que l’autre côté ne prospère pas. Et comme à l’UMP, en ce moment, ce n’est pas la joie, une telle stratégie peut se comprendre.

Mais tout de même, je trouve que c’est aller un peu loin. De l’avis général, M. Valls est le seul ministre qui ne passe pas pour un charlot, le seul unanimement salué. Alors, pourquoi ce besoin de détruire à tout prix le semblant de crédibilité qui reste à la majorité au pouvoir ? Dans le contexte actuel, l’opposition devrait songer à créer un consensus plutôt que de sonner la charge à tout bout de champ sur la gauche.

En effet, aujourd’hui, une scène politique unie pour un pays uni vaudrait bien mieux. Vous souvenez-vous comment, pendant la Grande Guerre, l’ensemble des factions politiques se sont alliées pour faire face à l’adversité ? Certes, ce n’est pas une guerre au sens propre du terme que nous vivons en ce moment, mais une lutte sans merci avec la conjoncture économique, politique et sociale. Je ne parle pas des chiffres du chômage et autres joyeusetés, mais de notre Président qui est au plus bas aujourd’hui : 64% des Français le trouvent trop mou, 59% le disent incompétent. Incompétent ! Pour un chef de l’État, c’est quand même grave -même si pour celui-ci, on pourrait répondre que ce n’est pas si étonnant.

Face à cela, que devons-nous faire ? L’accabler de reproches, l’accuser ? Je ne le pense pas. Parce que c’est tout à fait inutile que d’adopter ce genre d’attitude, et ça ne peut que diviser la population une fois de plus. Confronté à ses détracteurs, comment pourrait réagir M. Hollande ? Démissionner ? Bien sûr que non, mais c’est la seule solution envisageable. Et l’instabilité politique est encore plus néfaste pour un pays qu’une mauvaise gestion des affaires de l’État.

Alors non, manifester son mécontentement n’est pas la conduite à adopter en ces temps de crise. Préférons soutenir la majorité, même si nous devons mettre en veilleuse nos convictions personnelles qui nous suggèrent de nous enfuir en hurlant. Car on avance plus vite avec le courant, et l’on garde ses forces. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il nous faut mépriser toute forme d’opposition dès lors qu’elle se manifeste ; sinon, nous adopterions un comportement sensiblement antidémocratique.

Pour terminer, j’aimerais rappeler que « l’union fait la force ». Et cette maxime prend, à mon avis, tout son sens aujourd’hui. De la même manière que nous avons, chacun, pour l’intérêt commun, sacrifié une petite partie de notre liberté à la société et à la garantie de sa cohésion, nous devons à présent étouffer quelques fragments de nos convictions les plus criantes pour assurer la force d’une nation unie, une et indivisible.

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Questions existentielles, Questions, coups de gueule et polémiques

6 réponses à “L’UMP ferait mieux de tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler

  1. Très beau message de coalition, ici écrit. Que ce soit de n’importe quel bord politique, tous se crachent dessus, ce qui est insoutenable et le pire est que les électeurs suivent cet exemple du « mon parti veut le détruire donc je fais la même ». Aujourd’hui j’ai réellement la sensation que les votants ont perdu toute raison et qu’ils ne savent plus voir au-delà de l’instant présent et de leur intérêt personnel. La démocratie est-elle parfaite? (pensons à Platon)

    • La démocratie, c’est peut-être simplement cela : le peuple qui s’unit et, ainsi, devient souverain. Je déplore aussi l’abaissement systématique de tout ce qui n’est pas son idée, son opinion.
      Enfin, soyons réalistes, ce n’est pas un petit article comme celui-ci qui fera avancer la situation…

  2. Espérons simplement que cet état des lieux déplorable se propage dans la population et que chacun réagisse en conséquence pour mieux vivre avec celui qu’il détestait hier.

  3. L’idée de cohésion est intéressante, cependant il est normal et même parfaitement défendable pour l’UMP de critiquer violemment Valls. Je pense que les raisons sont assez simples : il ne peut pas continuer dans les mêmes mesures que celles de droite et les vendre comme révolutionnaires et humanistes. C’est parfaitement compréhensible et je pense que l’UMP, voire la France, doit le dégager : ou il affirme que la France ne peut plus être un terre d’accueil (conditions sociales et économiques déplorables, je vous assure que, vu de l’étranger (de l’Allemagne), on passe pour des crèves-la-dalle), ou il se dit humaniste et stoppe (ou limite) les expulsions, mais on ne peut pas se déclarer les deux (Sarkozy l’a fait, certes, mais il a au moins eu la décence de ne pas avoir ces deux points de vue en même temps). Donc un Manuel Valls, aussi nombreuses soient ces expulsions, doit partir ou, au moins être attaqué, critiqué. C’est la critique qui fait avancer pas le fait de le maintenir dans une logique d’enfant-roi du gouvernement.
    Pour finir, je dirai que la victoire de Hollande est de 51% et que son impopularité et son incompétence est évaluée par plus de 55% des Français ; j’espère ne pas vous avoir perdu avec les chiffres mais je pense que l’argument de rejet automatique (celle des partis) ne tient plus. Je pense que sa démission n’est pas à envisager mais il faut mettre un sérieux coup de libéralisme dans cette politique d’une molesse rare (sous couvert de moralité). Si la France veut s’en sortir, il faut que Hollande se transforme en un Hartz (puissance 10) et qu’on arrête avec ces vagues idées de compétitivité : on baisse les salaires, on crée des mini jobs pour résorber le chômage, on produit plus, on forme de VRAIS commerciaux (qui parlent les langues et qui vendent ailleurs que dans le Limousin), on réduit cette administration qui gêne notre export et plombe notre croissance.

    • Hollande a, involontairement, confirmé hier soir tout ce que vous venez d’énoncer. Je n’irai pas jusqu’à dire que nous attendions beaucoup de son intervention, non ! Seulement qu’il admette qu’il fonce droit dans le mur. Enfin, on ne se refait pas…
      Quant à l’UMP, c’est plutôt sur le terrain de la sécurité qu’elle entend attaquer Manuel Valls : de ce côté-là, les chiffres sont déplorables. Au niveau de l’immigration, elle devrait plutôt se frotter les mains d’avoir un faux ministre de droite au sein du gouvernement.

Poster ma réaction

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s