Changeons le monde ! Mais réfléchissons un peu d’abord.


Comme vous avez sans doute pu le remarquer, mon dernier article a déclenché une réflexion intéressante sur un sujet auquel nous avons tous plus ou moins déjà pensé en notre for intérieur -c’est pourquoi je vous invite vivement à réagir : changer le monde. Quelle est la meilleure manière d’y parvenir ? Tout simplement, le faut-il ? Des questions épineuses, j’en ai conscience. Et ici, c’est ma vision de la chose que je vous expose.

Je l’ai écrit il y a quelques jours : « changer le monde, je ne sais pas si c’est une si bonne idée que ça, au fond. » Et là réside certainement le principal de ma pensée. En fait, tout dépend quel sens on donne au mot changement. Si c’est détruire ce qui a été fait jusqu’ici pour rebâtir entièrement un nouveau monde, une nouvelle société, alors ce changement est vain et voué à l’échec. Parce que c’est se bercer d’illusions que de penser pouvoir avancer à reculons. Que nous le voulions ou non, il y a forcément une partie de notre société qui reste fondamentalement utile : les savoirs accumulés depuis des milliers d’années, nous n’avons pas le droit de les liquider sous prétexte qu’un groupuscule humanoïde -car, à l’échelle humaine et historique, même un million de personnes, c’est peu- a des revendications post-matérialistes.

Pour compléter le tableau, fonder un monde nouveau sur la destruction n’est sans doute pas la meilleure idée qui soit. L’expression « changer le monde » est, de mon point de vue, fausse et ambiguë. « Rectifier », « corriger » le monde serait préférable. Au moins, c’est clair, et ça met tout le monde d’accord.

A présent que nous savons dans quelles circonstances changer le monde, reste à savoir comment. Et là, je le crie haut et fort : ce n’est pas par l’opposition et la rébellion contre toute forme d’autorité ou d’institution que l’on obtiendra gain de cause. Les affichettes, c’est bien beau, mais voyez le message que vous transmettez, l’image que vous donnez ! Elle n’est pas efficace, non : ceux que vous parvenez à toucher sont avant tout attirés par la forme de votre action. Il n’y a pas à dire, une manifestation avec quelques casseurs en prime, c’est spectaculaire ! Aujourd’hui, comme depuis qu’il existe des individus qui préfèrent penser par procuration, voilà ce que demande le Français moyen : du pain et des jeux. Honnêtement, croyez-vous que celui-là se penche un tant soit peu sur le fond de ce que vous défendez ? Non. Les médias l’ont bien compris.

Vraiment, si nous souhaitons faire passer nos idées, fondons-nous dans la masse. Faisons en sorte que l’on n’ait rien à nous reprocher sur la forme de nos actes, quitte à être un peu conformiste sur les bords. Ne cherchons pas à nous distinguer, parce que ce que notre public retiendra, c’est cette volonté de sortir du lot, plus que ce qui nous fait réellement sortir du lot : des idées affirmées, réfléchies et parfois originales. Ce n’est pas en ayant une grande gueule que nous nous ferons le mieux entendre. Eux gesticulent, parlent fort et sans cesse, ont leur avis sur tout, même ce dont ils ne savent rien, et ne peuvent pas résister à la tentation de montrer leur ignorance. Mais nous, nous observons, nous parlons peu et, pour cette raison, lorsque nous ouvrons la bouche, on nous écoute. Corriger le monde selon notre pensée, nous y parvenons avant tout en donnant de la valeur à la parole qui l’illustre.

Mais surtout, ne gardons pas nos convictions pour nous ! C’est en les confrontant à celles des autres que nous les affirmerons le mieux, et que nous saurons pourquoi nous les avons au fond de nous-mêmes. Alors, ici ou ailleurs, n’hésitons pas à donner de la voix ! Ainsi, nous déterminerons ce que nous voulons améliorer et nous verrons que nous ne sommes pas les seuls à avoir telle ou telle conviction. Parce qu’une idée isolée reste en friche. Mais une idée partagée est une idée qui germera de toute manière dans l’esprit de quelqu’un d’autre, et notre action n’aura pas été vaine.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Questions existentielles, Questions, coups de gueule et polémiques

Poster ma réaction

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s