Et si… on respirait un peu ?


ImageAujourd’hui, entre les transports, le téléphone portable, les médias et les réseaux sociaux, nous sommes contraints à vivre dans l’immédiateté. Rien à faire, nous nous agitons avec frénésie, souvent pour peu de chose. Et quiconque tente de rester en marge, d’avancer à son rythme -ou du moins, à une vitesse autre que celle imposée par notre environnement, est sanctionné de manière tout aussi immédiate.

Quand on pense qu’il y a quelques siècles, les informations importantes prenaient au minimum quelques semaines pour se diffuser d’un pays à l’autre, et que ce n’étaient pas des petites ondes mais de grands gaillards rougeauds et essoufflés après des journées entières de voyage (où, en passant, ils crevaient quatre ou cinq chevaux) qui transmettaient les nouvelles, on a de quoi sourire. Était-ce alors un âge archaïque ou sommes-nous, au contraire, trop évolués pour encore profiter de l’instant ?

Tout de même, quand on y réfléchit, la lenteur a du bon. Au lieu d’être dépendant de causes extérieures qui orientent nos actions, nous sommes davantage enclins à nous recentrer -avec modération, bien sûr. Car au fond, comment pouvons-nous laisser les dernières frasques de Depardieu et de Rihanna influencer le cours de notre existence ? N’attendons pas l’agressive vibration du téléphone pour nous émouvoir ! Mais plutôt, sortons, prenons l’air et discutons passionnément avec nos proches.

Alors, pour conclure, deux phrases dites, redites et re-redites mais qui, je pense, restent pleines de sens, surtout aujourd’hui : « Carpe diem ! » Il est grand temps… de prendre notre temps.

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Questions existentielles

9 réponses à “Et si… on respirait un peu ?

  1. Se recentrer sur le centre de notre être, voilà qui est vital…
    La prière silencieuse, dans la durée, qui descend en profondeur dans le cœur du cœur de notre être à la rencontre de deux personnes – nous et notre hôte – en est le moyen le plus puissant, le plus concret, le plus fructueux que j’ai trouvé à ce jour.
    La discussion et l’amitié (liées, c’est puissant) en sont d’autres de grande valeur.

  2. Et non (tu l’auras compris), je ne suis pas schizophrène 😀

  3. Ah oui. Elle me tutoie 🙂
    Je savais bien que vous (oui, parce que je ne tutoie pas un auteur de blog, j’oserais pas) ne parliez pas de la prière, mais je trouve que mon apport permettait d’aller dans le même sens et un peu plus loin. Non ?

Poster ma réaction

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s