Média + propagande = Famille Chrétienne = SYNTAX ERROR !


Oui, le média informe, c’est sa raison d’être. Certes, il s’engage aussi ; grâce à cela, il contrebalance efficacement l’influence de l’autorité et des sources d’information légitimes et permet à celui qui le suit de prendre du recul par rapport aux évènements. Mais qu’un magazine commence à faire de la propagande sur son lectorat, ça, jamais ! Et tout ce qu’il y a de raison et de bon sens en moi se révolte.

Ça y est, je vous entends déjà : encore un article sur le mariage gay ! Je vous l’accorde, il faudrait songer à changer de disque. Pour autant, je ne peux pas ne pas écrire au sujet des trop nombreuses couvertures de Famille Chrétienne que j’ai vues défiler depuis novembre. Et là, on se rend compte que ce n’est peut-être pas seulement moi qui devrais arrêter à ce sujet. Voyez plutôt les dernières unes de l’hebdo :

Image

Image

Image

Image

Image

… et, pour compléter, je vous assure que le contenu répond aux promesses de ces belles images. (Si le cœur vous en dit, faites un tour sur le site internet du magazine… Disons que ça se passe de commentaires.)

Sinon, revenons à ce qui nous intéresse. Ce n’est absolument pas le fait que FC prenne position sur le sujet qui me pose problème, le contraire aurait été à la fois surprenant et décevant : en effet, que pouvait-on attendre d’autre d’un hebdo catholique ? Précisons aussi que je respecte profondément les convictions qu’il affirme. Sauf qu’ici, on dépasse l’engagement, et de loin, au profit d’une campagne de désinformation gigantesque. Alors, non seulement je m’indigne du moyen odieux et lâche qui est utilisé ici pour lobotomiser les lecteurs –il n’y a pas d’autre mot, mais je pense que FC ne mérite pas le rôle même d’informateur qu’on lui attribue.

D’accord, on peut imaginer que la plupart de ses fidèles sont catholiques ou au moins chrétiens, et qu’ils ont donc presque tous la même ligne de pensée au sujet du mariage gay. Et j’irai jusqu’à dire que c’est d’autant plus lamentable, car cet engagement ostentatoire, cet étalage de convictions n’est qu’une illusion : que vaut-il dès lors qu’il est prêché à des convaincus ? Par cette protestation factice, FC cherche tout simplement à se donner un label d’authenticité, et met à la fois la cause anti-mariage gay et le soutien du lectorat catholique au service de sa promotion au sein du paysage médiatique français. Et c’est se moquer du monde que de croire que cette mascarade passera dix semaines à la suite.

Alors, non seulement Famille Chrétienne a complètement gâché son effet, mais il se transforme en la vitrine médiatisée de l’opposition, car il n’y a pas de plus bel argument pour l’adversaire que les erreurs de l’autre, en fussent-elles une partie infime. Donc, la tentative de coup médiatique à tendance propagandiste de FC a été calamiteuse pour l’opposition au mariage gay et pour l’image des médias français : par sa faute, l’Eglise, qui fédère autour d’elle les ennemis de la loi, se trouve discréditée, et à travers elle le mouvement en général.

Pour terminer, j’ajouterai que c’est à cause de cornichons comme FC que le débat autour de la question du mariage pour tous, réclamé à cor et à cri par l’opposition, devient stérile et vain ; et que les Français pensent que les journalistes font mal leur travail. Et encore, estimons-nous heureux que « l’hebdomadaire catholique familial » en question ne soit tiré qu’à 60 000 exemplaires…

Publicités

16 Commentaires

Classé dans Ça chauffe !, Critiques, Questions, coups de gueule et polémiques

16 réponses à “Média + propagande = Famille Chrétienne = SYNTAX ERROR !

  1. Ce qui serait intéressant, cher auteur de ces lignes, ce serait que vous les envoyiez à FC pour voir ce qu’ils vous répondront. Ne serait-ce que pour savoir ce qu’ils veulent faire : c’est parfois intéressant.
    J’ajoute que je suis assez bien placé pour le savoir, et pour des raisons que vous ne connaissez peut-être pas 😉

    Je crois pouvoir dire que cette opposition de la part d’une rédaction d’un hebdo dont le titre est significatif n’a rien de « factice » ou d’un coup de média. Elle est claire et franche, et elle prend précisément le risque de l’être dans un paysage médiatique franchement pro mariage gay et martelant les opinions de millions de Français à tel point que vous-mêmes déclarez vouloir penser par vous-même, ni « pour », ni « contre », mais par vous-même.
    Vous n’êtes peut-être pas la seule, voilà tout.
    Je ne crois pas une seconde que les gens pensent que « les journalistes font mal leur travail » à cause de FC, ne serait-ce que pour la raison que vous donnez vous-même à la fin.
    Objectivement, les médias ne font plus leur boulot aujourd’hui. Je ne suis pas sûr que FC en soit l’exemple le plus criant. C’est mon opinion et je vous la partage telle quelle.

    • Bien sûr, si ç’avait été Le Figaro, tout le monde aurait sonné la charge. De ce point de vue, je trouve que FC a une des meilleures positions pour s’engager : peu lu et déjà campé, il court moins le risque d’être la cible d’attaques. Ce qui me choque, c’est qu’il prêche des convaincus. Et je me demande à quoi ça sert.
      Après, FC n’est qu’un exemple pris parmi tant d’autres. Sur des sujets qui demandent un vrai travail de fond, il est clair que les journalistes sont incapables de rester neutres et empêchent la réflexion des lecteurs. J’aurais très bien pu écrire le même article, à peu de chose près, sur la manière dont Le Monde louait les mérites de l’adoption par les couples homos il n’y a pas si longtemps.

  2. Je ne suis pas sûr que prendre position empêche la réflexion de qui que ce soit. Après, il y a manière et manière, et je connais assez bien FC pour savoir qu’effectivement, leur position est très claire. Je ne cache pas que c’est la mienne, non plus que je n’ai pas lu ces numéros. Il faudrait, précisément pour que je me fasse mon opinion. Je bats ma coulpe tout ce qu’il faut, mais je n’ai pas ces numéros, et je ne les lirai donc pas.

    Revenons-en à ma première phrase : prendre position clairement est, me semble-t-il, précisément plus respectueux du lecteur que de prétendre à une objectivité impossible, ou pire encore de faire croire que l’on serait objectif en laissant passer en sous-main des arguments tendancieux, ce qui, précisément, est prendre le lecteur pour un imbécile.
    Les lecteurs de FC savent les positions de la rédaction de ce journal, qui a pour objectif très clair d’être un lien entre l’Église catholique et son magistère et ceux qui veulent en être informés à la fois de manière simple, claire et néanmoins profonde.
    Ils peuvent parfaitement, précisément, acheter le Monde et se faire une idée de la présentation (on peut espérer qu’ils ont pris position, je n’ai pas lu non plus) qu’ils se font du débat actuel. Ils peuvent aussi allumer leur ordinateur ou leur télévision et voir les débats à l’Assemblée Nationale en direct pour se faire une opinion. C’est ce que j’ai fait plusieurs fois, personnellement. J’ai été parfois heureusement surpris, souvent fatigué, quelque fois dégoûté, mais ça a eu le mérite de poser relativement clairement deux visions opposées de ce qu’est une société, et plus particulièrement de l’avenir de la nôtre.

    L’objectivité journalistique n’existe pas. L’objectivité n’existe pas. Je préfère une subjectivité clairement assumée, ouverte et franche, à une pseudo-objectivité qui se voudrait au-dessus du débat : c’est peut-être votre tentation, et je ne suis pas sûr que cela soit juste.
    C’est ma position, elle est ouverte à la discussion, et elle peut évoluer (contrairement à celle que j’ai sur le « mariage » homosexuel 😉 ).

  3. Mon objectif n’est pas, justement, l’objectivité. Non, j’ai mes idées sur le sujet ; mais les médias sont pollués par des plaidoiries en tous genres, aussi une de plus n’aurait aucun intérêt, d’autant plus que ce sont toujours les mêmes arguments qui reviennent. Le but ici est simplement d’essayer de comprendre et de reconnaître en tant que valable, crédible chacun d’entre eux.
    Je pense que ce qui me gêne le plus, c’est que des articles comme ceux-ci sont publiés dans une rubrique info. En pages débats, aucun problème. Au contraire ! Mais comme information, là, non. Même si le magazine en question est engagé, ce n’est pas de l’information : à défaut d’être complètement neutre, elle se doit de le rester le plus possible.

    En fin de compte, je ferais peut-être bien d’écrire sur Le Monde 😉 … ou de changer de sujet une fois pour toutes !

  4. Je ne trouve pas que tous les journaux soient totalement pourris par cette lutte, d’ailleurs les journaux contre le mariage pour tous, exhibent clairement leur position d’anti. Leurs articles seront plutôt tournés vers une sorte de diabolisation, de débandade et de démantellement de la société, on pourrait presque penser à une propagande, balancer que ça va tout casser, mais donner des arguments très vagues qui demandent juste au lecteur de ne pas trop réfléchir au sujet, mais plutôt de cultiver un sentiment de peur ou de dégoût envers les communautés défendues aujourd’hui par la législation françaises. Tandis que les journaux plutôt « pro » mariage pour tous, préfèreront relater (sûrement avec un peu de joie) l’activité de l’Assemblée Nationale. Par exemple, quand je vois dans le Figaro, un article sur un homme de la cinquantaine qui décrète être malheureux parce qu’il a été élevé par deux mères, en sachant qu’il n’y a aucune explication, ni compréhension profonde de l’ensemble du vécu de cet homme, ni objectivité vis à vis du sujet, il faudrait se rendre compte, et prendre une distance par rapport à ce que l’on peut lire. De même pour un autre article du Figaro disant que les enfants nés de PMA sont malheureux. Bref je pense que l’objectivité est peut-être dure à atteindre, mais il est nécessaire de prendre de la distance par rapport à ce que l’on connaît et ce que l’on croit être bon. Vous refusez, M. Vianney, une objectivité qui selon vous serait inutile, car non atteignable, eh bien comment voulez-vous avancez dans un monde qui ne suivra pas toujours votre ligne de pensée? Il faut tendre vers l’objectivité pour une remise en question de soi, pour comprendre sa façon de penser et celle des autres. C’est une nécessité humaine, sociale et universelle.

  5. Passons sur les « arguments faibles » des pro-mariage homme-femme (parce qu’il s’agit en fait de cela). Trop long… et puis il faudrait que je lise l’article plus haut, et il fait trop beau dehors aujourd’hui.

    Je ne refuse pas l’objectivité, je n’en conteste nullement l’utilité, mais le fait même de proposer des informations dans la catégorie « débats » ou « informations » est déjà une prise de position, comme le rapporte justement l’auteur de ce blog.
    Je crois au contraire que reconnaître sa propre opinion (au sens platonicien du terme) ou sa propre idée (toujours au sens platonicien du terme) sur un sujet et l’énoncer clairement est un moyen nécessaire pour arriver à une plus grande objectivité, quitte à mettre en confrontation soi-même cette opinion ou idée avec d’autres positions, ce qui n’est jamais totalement inintéressant.

    Un exemple : liriez-vous un article de quelqu’un qui ne vous intéresse absolument pas sur un sujet qui ne vous intéresse pas plus ? Écririez-vous un article ou même simplement un commentaire sur un sujet qui ne suscite aucun intérêt chez vous ?
    Je ne crois pas.
    Lire et écrire à propos d’un sujet, c’est déjà s’engager, parce que cela enrichit et modifie votre manière de penser ce sujet. C’est donc éminemment personnel.
    Il est pourtant très objectif de le reconnaître ; en revanche, dire que l’on n’a pas d’avis du tout sur la question et que l’on s’en fiche éperdument est au moins un acte manqué, sinon un mensonge, ne serait-ce que par omission, parce que c’est nécessairement faux… et je ne suis pas sûr qu’une erreur à l’origine conduise à une vraie objectivité 😉

  6. Vous relisant, cher Valentin, je crois que nos pensées se rejoignent, en prenant deux chemins qui s’opposent dans les termes : vous par l’objectivité puis par la subjectivité, moi par la subjectivité puis par l’objectivité, pour arriver à concilier les deux dans la même pensée.

    J’ajoute quelque chose de personnel : le P. de « P. Vianney + » n’est pas l’initiale de mon prénom, mais le P. de « Père ». Je suis prêtre. Vianney est mon prénom. « M. Vianney », en toute rigueur, n’est pas tout à fait l’usage (sauf chez certains domestiques en parlant de leur maître, ce que nous ne sommes ni l’un ni l’autre, bien que je sois votre serviteur !). Mon prénom, tout simplement, précédé ou non du P., ou bien « Père » si vous y tenez, seront plus adaptés au contexte 😉

  7. @Valentin : j’avais prévenu ! 😀

  8. Il a eu peur, visiblement 😉

  9. Voila un débat qui me plait ! Bon, j’arrive largement après la bataille et je n’ai nulle envie de la relancer, pas plus d’ailleurs que je n’ai envie de remettre le couvert sur le sujet de la réforme du mariage.

    En revanche, tomber sur un blog qui traite, ne serait-ce qu’une fois de temps en temps des us et coutumes journalistiques et qui met le doigt là où ça fait mal en France médiatique, c’est à dire l’objectivité et la tension entre information et conviction, cela me fait non seulement plaisir, mais surtout un bien immense.

    Je suis journaliste, je ne l’ai pas toujours été et je suis venu à cette profession par la case Web 2.0, blog et « journalisme citoyen ». J’ai choisi cette profession au tournant de mes 40 ans par passion et par conviction de la nécessité d’informer, tout en prônant une révolution dans notre manière de travailler. Il se trouve que je suis très fortement attaché à l’objectivité. J’en sais la difficulté dans un travail journalistique, je sais aussi que si elle est difficile à obtenir, je dois tout faire pour l’atteindre.

    Partisan de la réforme à titre personnel, je découvre ce blog au travers du compte Facebook du père Vianney, opposant à cette même réforme et qui est aussi un homme que je respecte et avec lequel j’ai beaucoup discuté.

    C’est aussi cela l’intérêt de l’objectivité : être amené à rencontrer et échanger avec des gens qui ne pensent pas comme vous, écouter ce qu’ils ont à dire, comprendre leurs arguments et prendre du champ par rapport à ses propres convictions. Ne jamais penser qu’on détient la vérité. Respecter la diversité d’opinion.

    Pour un journaliste, cette démarche, difficile voire impossible me semble pourtant obligatoire : mon métier est d’informer, pas d’être directeur de conscience. Je ne dois pas dire à mes lecteurs ce qu’ils doivent penser, je dois juste leur donner les moyens de penser. Une chose que les journalistes de FC, du Monde ou du Figaro semblent publier trop souvent.

    Bref (oui je sais, je suis bavard) c’est un blog où je vais sans doute revenir régulièrement. Au plaisir ou au déplaisir de l’auteur. Sur ce point, sa subjectivité est totale et admise !

    M.

    • Manuel, vous avez très exactement compris mon point ici, non seulement à propos de ce débat, mais aussi de manière générale : le respect et la libre expression sont sans doute la raison d’être de de blog. L’objectivité, pas forcément. J’en fais seulement mon cheval de bataille pour la question du mariage gay, et c’est fondamental, à mon avis. Du reste, vous verrez certainement quelques articles bien engagés.

      En tout cas, ce que vous écrivez là me ravit et me pousse à persévérer… A très bientôt 😉

  10. Pingback: "Le Monde", exemple d’une presse orientée sans en avoir l’air | lalignefranche

Poster ma réaction

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s